Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C’est avec consternation et impuissance qu’au soir du 10 octobre à 22 h15, les Spinoliens ont pu assister au triste spectacle d’un « rodéo urbain » de deux-roues. Roulant sans phare ni immatriculation, six jeunes se partageant un scooter et deux puissantes moto-cross, roulaient à vive allure dans la grande rue d’Epinay-sur-Orge. Par leur comportement ils ont mis en danger les automobilistes et ont provoqué un important tapage nocturne.

Cet acte d’incivilité s’ajoute à une longue liste qui ne cesse de croître depuis quelques mois :

insultes envers des personnes âgées et même des adjoints au maire, dégradations de biens publics, motos roulant à proximité de piétons en plein jour, vols avec effraction sur des véhicules garés dans les rues, tags proférant des menaces au personnel du magasin DIA, incendies de poubelles et caddies dans le centre commercial du Mauregard, trafics de drogues diurnes, et consommation de substances illicites sur la voie publique... et la liste n’est pas exhaustive. Ainsi ce sont toujours les mêmes jeunes qui perturbent la tranquillité d’Epinay, en toute impunité.

La liste Epinay Bleu Marine a déjà saisi le maire sur ces problèmes récurrents. C’est ainsi que plusieurs questions orales ont été posées lors du dernier conseil municipal. Mais les réponses apportées ne sont pas à la hauteur comme chacun peut le constater en consultant le dernier compte rendu publié sur le site de la ville. On ne peut se satisfaire de savoir que le maire connaît tous les jeunes impliqués dans ces délits. Pire, il est choquant de devoir l’entendre minimiser les faits allant jusqu’à refuser d’appeler « délinquants » ces individus.

Le Front National d’Epinay-sur-Orge réclame la prise au sérieux de ces actes de délinquance. S’il connaît les auteurs, le maire doit prendre les mesures nécessaires pour enrayer cette montée de l’insécurité :

arrêt des aides sociales de la ville à ceux qui auraient déjà été rappelés à l’ordre, couvre-feu pour les mineurs de moins de 13 ans, saisir, voire détruire les véhicules non homologués circulant sur la voie publique, ainsi que le prévoit l’article L325-1 du code de la route, exiger une réponse rapide du ministère de l’Intérieur concernant la subvention pour l’installation de la vidéosurveillance : il n’est plus temps « d’attendre ».

Nombreuses sont les autres solutions pour arrêter de faire du laxisme le leitmotiv de la politique sécuritaire d’Epinay-sur-Orge.

Franck BEELDENS,

Conseiller municipal d’Epinay-sur-Orge,

Secrétaire de la 4circonscription de l’Essonne

Explosion de l’insécurité à Epinay-sur-Orge

Partager cet article

Repost 0