Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chère Marine, cher Wallerand, chers amis,

C’est avec un immense plaisir que je vous accueille ce soir dans le département de l’Essonne dans la ville d’Arpajon pour le lancement de la campagne des élections régionales en Ile-de-France.

Je tenais dans un premier temps à remercier chaleureusement toutes les équipes qui nous ont aidés à organiser ce lancement de campagne, et je crois en vous voyant si nombreux ce soir, que ce lancement de campagne, est une très belle réussite !!

Je souhaitais par la même occasion féliciter les élus présents derrière moi, les élus d’Arpajon : Alain, Vanessa et Pascal, ainsi que François, responsable de la 3e circonscription et conseiller municipal d’Etrechy, qui font un formidable travail d’implantation locale.

Merci à Wallerand de Saint-Just, notre candidat tête de liste aux élections régionales pour avoir choisi pour ce lancement de campagne, le département de l’Essonne et nous pouvons en être fiers !

Enfin, je tenais tout particulièrement à remercier notre présidente, Marine Le Pen, qui nous fait l’honneur d’être à nos côtés. Ton soutien indéfectible nous permettra de partir en ordre de bataille pour ces élections régionales, étape décisive, pour la conquête du pouvoir en 2017. Car, oui Marine, tu incarnes l’espérance pour nous tous et des millions de nos compatriotes.

Cette première grande réunion publique marque le début d’une campagne passionnante qui aura pour objectif de faire élire des élus patriotes au conseil régional d’Ile-de-France et ainsi, effectuer notre grand retour au sein de cette assemblée !

Après 17 ans de socialisme, l’Ile-de-France a souffert et a été abîmée par Jean-Paul Huchon et ses comparses. Les maux dont souffre la France, ont été amplifiés dans notre région par la gestion catastrophique des amis de Claude Bartolone : immigration massive, délinquance de plus en plus violente, chômage de masse, urbanisation à outrance, lycées surpeuplés et mal entretenus, conditions de transports déplorables, tout cela malgré la hausse constante des impôts locaux.

Mais ne comptez pas sur l’aile droite du PS, incarnée en Ile-de-France par Valérie Pécresse pour sortir notre région de l’impasse dans laquelle elle se trouve.

Pour cette proche de François Fillon, la mondialisation ultralibérale et le communautarisme sont l’avenir de notre pays. Cette bobo qui ne connaît de notre région que les beaux quartiers des Yvelines et des Hauts-de-Seine, a eu besoin d’organiser récemment une série d’immersions afin d’appréhender le quotidien des Franciliens.

Ainsi après « Valérie prend le métro », nous avons eu droit à « Valérie fait un stage dans une PME » ou encore « Valérie découvre le monde paysan ».

Il est vrai qu’elle ne connaît notre région que depuis les dernières élections régionales de 2010, quand, dit-elle, elle a commencé à la parcourir.

Rappelons juste que Valérie Pécresse a 48 ans, qu’elle est née à Neuilly-sur-Seine et qu’elle est députée des Yvelines depuis 2002. Mais malgré cela, elle ne connaît l’Ile-de-France que depuis 5 ans !

Ce clone de Nathalie Kosciuszko-Morizet, que nous connaissons bien ici en Essonne, n’a pour seule ambition que d’être élue à la tête du conseil régional sinon, dit-elle, elle arrêtera la région en 2015. Et si jamais la fausse droite perd en 2017 (à la présidentielle), elle arrêtera la politique. Quel dommage !!!

Alors mes amis, si vous en avez assez de cette fausse droite, qui ne cesse de vous mentir depuis des décennies, vous savez ce qui vous reste à faire. En décembre votez Wallerand de Saint-Just et en 2017, votez massivement pour notre présidente Marine le Pen.

Mes chers amis, permettez-moi, puisque nous sommes réunis ce soir à Arpajon dans le département de l’Essonne, de faire un rapide focus sur les événements récents qui ont touché notre département.

Le département de l’Essonne n’est pas épargné par la crise migratoire qui frappe notre pays, puisque la préfecture de l’Essonne a décidé de réquisitionner l’ancienne Maison d’accueil spécialisée à Champcueil pour y accueillir aux frais des contribuables essonniens, des soi-disant réfugiés qui sont en réalité de véritables clandestins que cherchent à nous imposer l’Union européenne avec la complicité du pouvoir socialiste et le soutien affiché d’un certain nombre de responsables de cette fausse droite au 1er rang desquels on retrouve Nathalie Kosciusko-Morizet, députée de la 4e circonscription de l’Essonne, mais aussi certains maires essonniens LRPS, prêts à accueillir des clandestins, tels ceux de Corbeil-Essonnes, Massy, Igny, Juvisy-sur-Orge (dont le maire est Robin Reda, porte-parole de Valérie Pécresse en Essonne) ou encore Mennecy, dont le maire Jean Philippe Dugoin-Clément sera la tête de liste UDI pour ces élections régionales.

Par ailleurs, le département de l’Essonne se retrouvera, une nouvelle fois, malgré lui contraint d’accueillir des clandestins.

Ainsi, la mairie communiste de Malakoff annonce vouloir accueillir des réfugiés par centaines, mais va en réalité les loger dans son centre de loisirs situé à Saint-Pierre- du-Perray en Essonne, commune administrée par « Les Républicains ».

Comme ces artistes pseudo-humanistes, engagés, mais pas trop quand même, qui souhaitent que l’on héberge des clandestins, mais surtout pas chez eux, les communistes de Malakoff avec la complicité de LR imposeront demain la présence de clandestins aux habitants de Saint-Pierre-du-Perray, qui n’ont rien demandé, eux !

Quelle fausse générosité de la caste des bien-pensants ! Alors que dans le même temps, des milliers d’Essonniens s’enfoncent dans la pauvreté, dans la misère…

Que fait-on de ces Essonniens qui ont du mal à boucler les fins de mois, que fait-on des personnes âgées qui doivent se serrer la ceinture ou tout simplement abandonnent l’idée de se soigner, faute de moyens financiers.

Des milliers d’Essonniens sont donc laissés sur le bord du chemin, alors que certains maires avec la complicité des services de l’Etat préfèrent s’occuper des clandestins.

Je refuse de voir demain dans mon département, nos villes subir la situation catastrophique que vit actuellement une commune telle que Calais.

Je refuse que soit institutionnalisée dans mon pays, la préférence étrangère au détriment de nos compatriotes, notamment les plus faibles d’entre nous, qui sont aujourd’hui les grands oubliés, des fantômes que ce gouvernement ne veut plus voir et qui en a même oublié les 57 000 chômeurs essonniens, les dizaines de milliers de travailleurs pauvres, les étudiants en mal de logement, les petits retraités et tous ces Essonniens qui subissent la crise économique de plein fouet et la violence qui s’accroît dans notre département.

Cette violence et la délinquance qui l’accompagne, ne sont plus l’apanage des zones de non-droit. L’ensemble du territoire essonnien est touché, des villes et des villages qui hier étaient de paisibles communes, sont désormais régulièrement la proie des délinquants venus des cités voisines ou des délinquants itinérants qui profitent de l’ouverture totale des frontières et de l’absence de contrôle pour commettre leurs méfaits.

Les agressions, les rackets, les vols se multiplient dans les gares ou dans les lycées. Les socialistes et leurs amis écologistes ont depuis des années d’autres priorités que votre sécurité.

Ainsi leur préoccupation première est de dépenser l’argent public en subventionnant une myriade d’associations plus ou moins fantaisistes, dont l’objet est par exemple :

la promotion du développement durable en Birmanie (60 000€), la formation d’élus analphabètes au Mali (48 000€), le danger lié à l’expansion des tortues à tempes rouges en Ile-de-France (32 900€) ou encore la pratique du football en Afrique du Sud (11 000€).

En revanche, pour la mise en place de la climatisation dans les RER bondés, où la chaleur avoisinait parfois les 45°C cet été durant la canicule, vous pouvez encore attendre !!! La rénovation des lignes existantes notamment des RER C et D n’est pas à l’ordre du jour des amis de M. Bartolone, qui se soucient bien plus du Grand Paris Express, un projet à 30 milliards d’euros dont l’impact sur les conditions de transport en IDF est loin d’être satisfaisant et dont le financement n’est à l’heure actuelle toujours pas assuré.

Ce projet de Grand Paris Express s’accompagne d’une autre réforme, territoriale celle-là, la création de la Métropole du Grand Paris qui viendra à terme concurrencer la Région dans ses prérogatives et ajouter une tranche à l’indigeste mille-feuille administratif français.

La création du Grand Paris apparaît superfétatoire et surtout motivée par des considérations politiciennes ; nous entendons déjà raisonner les tractations des uns et des autres dans les arcanes du pouvoir, ou je devrais plutôt dire les arcanes du chaos.

En effet, il ne faut pas se méprendre, la création de la Métropole du Grand Paris sonnera le coup fatal qui sera porté aux communes qui intégreront la MGP.

Le chantier de la Métropole du Grand Paris est devenu une formidable machine de guerre. Nous sommes stupéfaits par cette véritable usine à gaz bureaucratique que sera la Métropole du Grand Paris, chantier néfaste qui risque de désorganiser durablement l’action publique.

A titre d’exemple, au 1er janvier 2016, les communes membres de la communauté d’agglomération, Les Portes de l’Essonne, devront intégrer malheureusement la Métropole du Grand Paris, venant ainsi bafouer les dernières élections municipales et communautaires qui se sont déroulées au suffrage universel direct en mars 2014.

Je tenais à rappeler le mode de scrutin, car au 1er janvier 2016, date à laquelle ce monstre administratif devra entrer en vigueur, les conseillers métropolitains et conseillers de territoires ne seront pas élus au suffrage universel direct, mais ils seront élus au sein même de leurs conseils municipaux, favorisant ainsi les majorités et les exécutifs en place et en élimant de fait la seule force d’opposition nationale.

C’est un véritable mépris de la démocratie locale. Nous n’avons pas été élus pour devenir des fossoyeurs des libertés locales, c’est la raison, pour laquelle, avec ma collègue, Jany Mathy, nous nous sommes fermement opposées à ce projet nuisible pour nos communes. Nous avons voté contre l’intégration de notre commune au sein de la Métropole du Grand Paris, alors que le PS et LR, main dans la main ont voté pour, et l’UDI, d’une main tremblante s’est abstenue.

Dans le cadre de la loi du 3 juin 2010 relative au Grand Paris, un objectif de production de 70 000 logements par an a été défini, faisant fi des véritables capacités de ces communes, qui pour certaines n’ont plus de foncier disponible.

Cette crise du logement est accentuée par l’afflux d’immigrés légaux et clandestins, favorisé par un large accès au logement social et aux transports publics.

Rappelons que les clandestins bénéficient d’une réduction de 75% sur le Pass Navigo, accordée par la région Ile-de-France avec la complicité de Valérie Pécresse.

Ce fléau de l’immigration massive aggrave les difficultés sociales et les inégalités dans notre région ; il engorge le parc de logements et les réseaux de transports et il est évidemment générateur d’insécurité.

Pour tourner définitivement la page de cette politique néfaste pour l’Ile-de-France et les Franciliens, il n’y a qu’une seule solution mes amis, c’est de voter massivement pour les listes du Front National Rassemblement Bleu Marine, avec Wallerand de Saint-Just que je vous demande d’acclamer !!!

Arpajon, grand meeting de lancement de campagne des Régionales : Discours d'ouverture d'Audrey Guibert, candidate tête de liste Front National en Essonne

Partager cet article

Repost 0