Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les élus Savigny Bleu Marine disent NON à la Métropole du Grand Paris et au hold-up de la démocratie locale.

Lors des différents conseils municipaux et communautaires, les élus Savigny Bleu Marine ont toujours manifesté leur opposition la plus ferme quant à l’intégration de notre commune au sein de la Métropole du Grand Paris. La création de la Métropole du Grand Paris apparaît comme superfétatoire et surtout motivée par des considérations non dénuées d'intérêts politiciens. La Métropole du Grand Paris, véritable usine à gaz, sera donc organisée en douze établissements publics territoriaux et s’appuiera sur un système de gouvernance à deux niveaux composé d’un conseil métropolitain et de conseils de territoires.

Les travaux préparatoires concernant la mise en place de ce monstre administratif restent encore flous et opaques alors que la Métropole du Grand Paris doit entrer en vigueur le 1er janvier 2016.

Malgré cela, les maires des communes membres de la Communauté d’agglomération, les Portes de l’Essonne se sont prononcés pour une intégration à un établissement public territorial (EPT) de 22 communes pour 632 000 habitants qui sera alors englouti dans la Métropole du Grand Paris. La notion de « territoire » permet d’engager le processus de dissolution des identités locales

Nous sommes très loin de la volonté initiale de constituer un territoire à « dimension humaine », paramètre important qui avait été pourtant inscrit dans une motion soumise aux élus réunis en conseil communautaire, le 26 juin 2014. Le président de la CALPE et maire de Juvisy-sur-Orge avait même consenti un début de clairvoyance dans le magazine Les Portes de l’Essonne, (n°23 juillet-aôut 2015) en arguant que, je cite, "rejoindre la métropole, oui ! mais pas à n’importe quelles conditions, nous ne voulons pas être noyés dans un grand tout, où nous nous bornerions à entériner les décisions vers le haut, or l’Etat semble être maintenant en train de dessiner une agglomération géante qui ne correspond plus à notre bassin de vie".

Les promesses n'engageant que celui qui les tient, revirement de situation, Robin Réda, président (LR) de la CALPE avec la complicité de la députée EELV de la 7e circonscription de l'Essonne nous impose une intégration aux forceps au sein de la Métropole du Grand Paris.

De plus, la mise en place d’une gouvernance centralisée et despotique au sein de la Métropole du Grand Paris supprimera de fait la démocratie de proximité en aspirant les compétences des communes qui seront alors très largement dévitalisées, alors qu’elles sont l’échelon de représentation politique de proximité par excellence, elles perdront l’essentiel de leur capacité d’initiative dans le domaine économique, de l’aménagement et de l’habitat.

L'emprise de la Métropole du Grand Paris sur nos communes aura pour principales conséquences de déposséder le maire du pouvoir de décision qui régissait notre cadre de vie et d'accentuer l'urbanisation de nos territoires.

L'afflux continu d'immigrés légaux et clandestins en Ile-de-France, favorisé par des mesures avantageuses comme la gratuité du pass navigo aux titulaires de l'Aide médicale d'Etat, renforcera la course déjà effrénée et irréfléchie à la construction de logements sociaux dans des communes déjà arrivées à saturation.

Sous couvert comme souvent de modernisation, de mutualisation, et de rationalisation, la Métropole du Grand Paris est en réalité une arme de destruction massive contre la démocratie municipale et sera indéniablement un choc de complexification.

Cette métropole avec un conseil métropolitain d'environ 210 élus sera encore une fois plus une source de gabegie intolérable qui conduira inéluctablement à l’explosion du nombre de fonctionnaires, à un enchevêtrement des compétences et à l'augmentation de la pression fiscale.

De plus, le mode de scrutin qui se profile pour élire les conseillers métropolitains et territoriaux est inique, faisant fi des élections municipales et communautaires de mars 2014. Le choix des électeurs sera-t-il une nouvelle fois bafoué ?

Le président de la Communauté d’agglomération, Les Portes de l’Essonne et le maire de la commune de Savigny-sur-Orge, nous mettent au pied du mur sans avoir pris le soin d’organiser un référendum pour consulter la population sur ce sujet. C’est tout simplement irresponsable et inadmissible.

Tout comme nous dénonçons les ravages du fédéralisme européen qui détruit les nations, nous fustigeons le fédéralisme intercommunal et la métropolisation qui conduiront à la mort de nos communes.

Nous disons donc NON aux villes sacrifiées, à la dissolution annoncée de l’échelon communal et à la Métropole du Grand Paris qui viendra rajouter une couche à ce mille-feuille administratif particulièrement indigeste.

Audrey Guibert et Jany Mathy,

Conseillères municipales de Savigny-sur-Orge

Groupe Savigny Bleu Marine

NON à la Métropole du Grand Paris et au hold-up de la démocratie locale

Partager cet article

Repost 0