Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lors de la session du conseil municipal du jeudi 17 mars 2016, il nous a été présenté deux rapports, l'un sur l'état de la dette et l'autre sur les orientations budgétaires pour 2016. Il en ressort une situation financière particulièrement tendue qui risque à terme d'entraîner la mise sous tutelle de notre commune par la préfecture, si la section de fonctionnement maintient toujours son déséquilibre. En effet, il apparaît que les dépenses de fonctionnement sont supérieures aux recettes de fonctionnement de plus d'un million d'euros.

Ce budget ne peut pas être présenté en déséquilibre, car il s'inscrirait dans l'illégalité et l'insincérité. Cette situation désastreuse ne permet pas aussi de dégager un autofinancement suffisant pour garantir la solvabilité et la pérennité financière de notre commune. Savigny se retrouve en plus suspendue au concept flou et opaque que constitue la Métropole du Grand Paris. L'intégration de notre commune au sein de ce magma territorial, dont l'efficacité est remis en question, s'est effectuée, rappelons-le, dans la confusion et la précipitation, la plus totale. Malgré le fait que l'exécutif municipal ait enfin décidé, après deux ans d'exercice, de renégocier l'un des trois emprunts toxiques dont deux ont été contractés en 2008 et l'un en 2007, il ne contient pas l'encours de la dette par habitant qui reste l'un des plus élevés par rapport aux villes de la même strate réduisant drastiquement les marges de manœuvres.

La majorité municipale nous présente deux mesures pour essayer d'amortir cette hécatombe, qui malheureusement était prévisible : des coupes massives dans les dépenses de personnel ou l'augmentation de la pression fiscale, alors que les taux d'imposition locaux ont connu une hausse constante. La majorité projette sans doute de réviser les abattements de la commune appliqués sur la taxe d'habitation pour optimiser les ressources fiscales, ce qui serait en fait une augmentation déguisée de la fiscalité. Les propriétaires et les familles les plus modestes seront donc impactés très lourdement. Je constate également que le bilan social est calamiteux. Victimes collatérales d'une gestion en détresse financière, les services publics qui ont été supprimés, et le patrimoine dilapidé, auraient-ils été sacrifiés pour rien ? Où sont les économies tant attendues et qui devaient être réalisées ?

Je regrette l’entêtement inquiétant et profond de la majorité municipale dans une voie sans issue. Faute d'un budget adapté et face à la gravité de la situation qui s'est accentuée au fur et à mesure des mandatures successives, cette hypothèse de la mise sous tutelle de la préfecture plane sur la commune et présage un avenir parsemé de difficultés.

Audrey Guibert,

Conseillère municipale de Savigny-sur-Orge,

Conseillère régionale d'Ile-de-France,

Secrétaire départementale du Front National de l'Essonne

Savigny-sur-Orge, au bord de la banqueroute, bientôt sous tutelle de la préfecture de l'Essonne ?

Partager cet article

Repost 0