Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Déstabiliser le jeu politique face à Franck Marlin

29 mai 2012 | Auteur Nicolas Pointu  

Politique. Avec un important vivier d’électeurs sur la deuxième circonscription, le Front national et son candidat Franck Sailleau espèrent profiter de la dynamique de la présidentielle. Au premier tour, Marine Le Pen avait recueilli un peu moins de 21 %. Si le maintien au second tour reste l’objectif principal du parti frontiste, un autre dessein demeure sous-jacent : faire chuter l’UMP sur la circonscription.

franck sailleau 2

Photo : le candidat FN sur un marché. (© NP/EI)

Repositionner le débat

Franck Sailleau ne se fait guère d’illusions : « Nous restons pragmatiques, nous savons que ce sera très difficile, même si nous savons que la possibilité de se maintenir au second tour est très réalisable. » Ce jeune Ballancourtois de trente ans, issu de la génération « Marine », a rejoint le Front national en octobre 2011. Le score qu’il réalisera pour ces législatives sera avant tout le reflet du vote potentiel de la droite nationale sur la circonscription plus que le fruit d’un travail de terrain entamé il y a des années. « C’est vrai que Franck Marlin est très bien implanté localement depuis dix-sept ans. C’est d’ailleurs l’argument qu’il utilise souvent : la défense des intérêts locaux. Ce n’est pas honnête : l’Assemblée nationale est une représentation nationale où on ne parle pas de la piscine locale. » L’angle d’attaque des frontistes est là : essayer de repositionner le débat jusqu’alors local sur des enjeux plus nationaux. L’autre position, c’est face à la sécurité. Un thème âprement disputé par le FN et l’UMP et qui est réapparu sur la deuxième circonscription avec les incidents survenus à Angerville.

Faire éclater la droite

Le vrai but du FN sur la circonscription comme sur bien d’autres en France est de « déstabiliser le jeu politique », comme l’avoue Franck Sailleau : « Pour l’heure, nous n’avons reçu aucune consigne de la part de Marine Le Pen. Cependant, si nous ne sommes pas au second tour, il n’est pas impossible que nous appelions à battre le député sortant ». L’enjeu ? Faire éclater la droite traditionnelle pour la voir se reconstituer autour du FN.

Tag(s) : #Lu dans la presse

Partager cet article

Repost 0