Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le plan espoir-banlieues de Fadela Amara désespère un certain nombre d'élus en Essonne. Dispositif phare ce ce plan, la mise en place des contrats d'autonomie visant "à remettre en selle" des jeunes (y avaient-ils jamais été ?) sous-traité à des organismes privés est pointé du doigt après une année de mise en place. 

Plus qu'un dispositif d'aide aux jeunes, cela ressemble à un dispositif d'aide aux cabinets (Ingeus en Essonne) en charge de placer les jeunes. Dans les missions locales on accuse Ingeus de recruter les jeunes les plus faciles à placer, rapporte Le Parisien. Il faut dire que l'aide reçue par le cabinet peut monter jusqu'à 9.000 € par jeune... un vrai pactole. En une année 457 jeunes ont signé un contrat d'autonomie en Essonne.

La raison de cette surfacturation de service (quand les missions locales ne touchent que 500 € par jeune), le travail fourni avec le jeune. Rédaction de CV, entraînement aux entretiens d'embauche et évidemment un suivi qu'on nous assure très personnalisé. En l'occurence le suivi peut se faire uniquement par entretien téléphonique au maximum une fois par mois... décidément une charge très lourde pour Ingeus.

La mission du cabinet est considérée réussie si le jeune obtient un travail... ou même tout simplement s'il obtient un stage ! Si au bout de 6 mois cela n'a pas été accompli, le contrat d'autonomie peut être prolongé de 6 mois. A noter que pendant toute cette période le jeune bénéficie d'une indemnité de 300 € mensuelle, sans aucun doute pour le remercier d'être la poule aux oeufs d'or. En bref, un énième gadget dont la seule fonction n'est que de vider les caisses publiques déjà vides.

Le Front National de l'Essonne exige purement et simplement l'arrêt de ces contrats d'autonomie. L'avenir de la jeunesse c'est aussi l'avenir d'une nation, elle ne doit pas être le lieu du profit et de l'argent facile.

(source
Tag(s) : #Lu dans la presse

Partager cet article

Repost 0