Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

http://www.francis.poezevara.com/wp-content/uploads/2012/07/non-au-cumul-des-mandats1.pngThierry Mandon (PS) a annoncé qu’il abandonnait son fauteuil de maire de Ris-Orangis pour se consacrer à son mandat de Député.

Son successeur à la mairie de Ris-Orangis, Stéphane Raffalli, va, lui, sans vergogne, cumuler trois mandats.

Dix-huit ans après avoir été élu maire de Ris-Orangis, le socialiste Thierry Mandon a annoncé qu'il quittait la mairie après, dit-il, "mûre réflexion". Il y était en fait contraint par la future loi sur le non-cumul des mandats qui devrait interdire de cumuler un mandat de député, ce qui est le cas de Mandon, qui a battu l'UMP Georges Tron aux dernières législatives, et un mandat exécutif local (maire, président ou vice-président de conseil général ou régional).


Mandon avait déjà démissionné du conseil général, il lui restait à abandonner la mairie. Voilà qui est fait.Il fallait donc désigner un maire de transition en attendant les municipales de 2014.

Le 16 septembre dernier, Stéphane Raffalli, adjoint à l’urbanisme, est sorti vainqueur de la cantonale partielle de Ris-Orangis. Victoire sans gloire devant l'UMP Pierre Nègre, compte tenu de l'abstention record (82 %), mais qui lui a permis de succéder à Mandon au conseil général. Il lui succédera également à la mairie, au moins jusqu'en 2014. Le problème, c'est qu'il va de ce fait cumuler la mairie, le conseil général, mais aussi une vice-présidence à l’agglomération d’Evry.

Un problème qui ne heurte pourtant pas la conscience de Raffalli :  « Cela n’a rien à voir avec le cumul des mandats, affirme-t-il. Il est normal qu’un maire participe à la vie de son canton. »  Ben voyons...

Patrick Kimmel, 

Ancien candidat Front National à l'élection cantonale partielle de Ris-Orangis 

Tag(s) : #Actualité

Partager cet article

Repost 0